Tortues marines de Guyane

Date de l'événement :
Horaires : 18h30
Lieu : Café de la Gare
Organisateur : ONCFS de Guyane, La Canopée des sciences
Intervenant : Damien Chevallier, Pascal Parmentier

CONTEXTE ET ENJEUX

Dans le cadre du Plan National d’Actions en faveur des tortues marines de Guyane 2014-2023, coordonné par l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage, Damien Chevallier propose un état d’avancement des connaissances des différentes espèces qui nidifient sur les plages guyanaises et notamment de leur comportement en haute mer. Il s’agit de comprendre comment les tortues évoluent et se nourrissent dans un océan animé d’immenses courants et de tourbillons qui façonnent l’environnement marin et leurs ressources alimentaires, et par conséquent conditionnent leur distribution et leurs déplacements le long du littoral de Guyane et des pays voisins.

TortueOlivatre_BaliseArgosGPS web

INTERVENANT

Damien CHEVALLIER est chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique- Institut Pluridisciplinaire Hubert Curien – Département Ecologie, Physiologie et Ethologie de Strasbourg.

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME D’ÉTUDE

«Influence des processus océanographiques sur la distribution et le comportement de plongée des tortues marines».

La haute mer est un milieu hétérogène, de par la diversité de ses caractéristiques physicochimiques et de la variabilité climatique saisonnière et interannuelle. Cette complexité se traduit par une production inégale des ressources sur un large éventail d’échelles spatio-temporelles. Or les prédateurs pélagiques supérieurs ayant fait l’objet d’investigations semblent généralement utiliser activement les caractéristiques océaniques durant leurs déplacements. Du fait de la dispersion spatio-temporelle des ressources marines, la détermination des facteurs déterminant la distribution en mer des prédateurs marins et la compréhension de leur stratégie d’alimentation, en fonction de l’évolution des conditions océanographiques et de la variabilité climatique, constituent par conséquent des défis majeurs à la frontière entre l’océanographie et l’écologie.

Bien qu’ils occupent la plus grande partie des océans, les prédateurs marins semblent concentrer leur activité de recherche alimentaire dans des zones comportant des caractéristiques méso-échelles où la biomasse des proies est susceptible d’être élevée. Ces zones sont, dans certaines conditions, pressenties être d’une importance primordiale pour les écosystèmes pélagiques. Elles correspondraient en fait à des « hot spots » où la production biologique est particulièrement élevée. Des travaux récents suggèrent l’importance de certaines caractéristiques océanographiques, telles que les structures tourbillonnaires de méso-échelle, structures qui fourniraient entre autres des possibilités d’alimentation pour les tortues marines et les autres prédateurs comme les oiseaux marins. À ce jour, les connaissances sur la façon dont les différentes espèces de tortues marines évoluent et s’alimentent dans leur environnement dynamique sont encore rudimentaires. Les trois espèces de tortues marines nidifiant en Guyane française (tortue luth, verte et olivâtre) exploitent principalement les zones côtières et pélagiques de la Guyane et des pays voisins. Considéré comme l’un des plus dynamiques au monde, le littoral guyanais subit l’influence directe du système de dispersion amazonien et se caractérise par la présence de nombreuses structures tourbillonnaires.

Dans ce contexte, parce qu’elles évoluent dans des niches écologiques distinctes, l’étude du comportement alimentaire de ces trois espèces de tortues marines va offrir une occasion idéale d’explorer la manière dont les processus méso-échelle (fronts, tourbillons) stimulent et façonnent l’environnement marin et leurs ressources trophiques, et par conséquent conditionnent leur distribution et leurs déplacements le long du littoral de Guyane et des pays voisins. Une telle approche est rendue possible en équipant les tortues de capteurs miniaturisés permettant d’acquérir simultanément des informations détaillées sur le comportement alimentaire 3D des tortues et sur leur environnement, et ce aux échelles d’espace et de temps adéquates (profils verticaux géo-localisés de température, salinité, et chlorophylle collectés au cours des plongées). Les données seront transmises par le système Argos lorsque les tortues marines évolueront en surface, ou bien seront stockées et récupérées lorsqu’elles reviendront à terre pour pondre.

Laisser un commentaire

Centre de préférences de confidentialité

Obligatoires

Ces cookies sont indispensables au bon fonctionnement du site, par exemple pour enregistrer vos préférences sur la politique de gestion de vos données personnelles.

gdpr

Mesure d'audience

Ces cookies sont déposés par nos prestataires nous permettent de mesurer l'audience et d'analyser les circuits de navigation.

_ga, _gat, _gid