Café des Sciences – Les savanes de Guyane

Date de l'événement : Du au
Horaires : 18h30
Lieu : Hitbox bar, 20 Avenue Galmot à Cayenne
Organisateur : Cabnopée des Sciences, GEPOG
Intervenant : Marianne Palisse

Savanes de Guyane : entre nature et culture

Rendez-vous à 18h30 jeudi 26 Novembre au Hitbox à Cayenne (20 Avenue Galmot) pour un café des sciences autour d’un milieu riche, précieux mais encore trop méconnus.

Les savanes de Guyane, répartis sur la bande littorale, occupent seulement 0,3% du territoire. Elles sont soumises à de nombreuses pressions anthropiques mais sont également menacées par la prolifération de deux espèces exotiques envahissantes : Acacia mangium et Melaleuca quinquenervia. Ces milieux sont rares, fragiles et menacés. Par ailleurs, elles présentent une forte valeur patrimoniale, culturelle et naturelle. Dans un objectif de conservation de ces espaces aux multiples facettes, un travail collaboratif est mené depuis 2010. Celui-ci allie études sur la biologie/l’écologie et sur les aspects sociaux et culturels des savanes du littoral. Ainsi, entre 2010 et 2015 (projet LIFE CAP DOM), des travaux ont été menés sur l’écologie des savanes, l’impact des feux et la gestion de l’Acacia mangium. Ces travaux ont été combinés à une approche anthropologique dont les recherches ont permis de faire le point sur les usages passés et présents de ces espaces par les population dans le cadre de pratiques de culture, d’élevage, de chasse et de pêche, et de mettre en évidence des controverses autour de certaine pratiques comme le brûlis, ou la transformation des savanes en pâture pour les bovins par les agriculteurs.

Depuis 2018, le GEPOG poursuit ses actions en faveur de la conservation des savanes à travers le projet européen LIFE BIODIV’OM. Celui-ci a pour objectifs de : 1) Rédiger les stratégies de gestion régionale pour Acacia mangium et Melaleuca quinquenervia, 2) Mettre en oeuvre des actions de gestion de ces espèces et 3) Tester des itinéraires techniques de production d’espèces locales de remplacement aux usages faits, sur le territoire, de l’Acacia mangium.

Les Savanes de Guyane – Life+

Marianne Palisse est maître de conférences en anthropologie à l’Université de Guyane et chercheuse à l’USR mixte LEEISA (Laboratoire Écologie Évolution, Interactions des Systèmes Amazoniens – USR 3456, CNRS/UG/Ifremer) équipe Ethnyc (Ethnoécologie et dynamiques culturelles) . Elle mène des recherches en Guyane sur les modes d’appropriation du territoire, les situations d’interculturalité, les controverses environnementales, les pratiques agricoles et l’accès au foncier avec un intérêt particulier pour la construction des liens à la localité en situation de multiculturalité. Elle a aussi vécu en Haïti et travaillé sur l’histoire de l’ethnologie dans ce pays.

Alizée Ricardou est née en Guyane et a grandi sur l’Approuague. Passionnée depuis sa plus tendre enfance par la nature, elle s’est naturellement dirigée vers des études dans l’environnement. En 2010, elle obtient son master écologie, biodiversité et évolution à Paris VI et intègre l’équipe de l’association GEPOG (Groupe d’Etude et de Protection des Oiseaux en Guyane). Elle est responsable de différents projets conservation et de valorisation d’espèces et d’habitats.

Savanes de Guyane française : la biodiversité bousculée par la diversité culturelle

La question de la préservation de la biodiversité amazonienne est depuis quelques années au cœur des politiques publiques en Guyane française. Cela ne va pas, cependant, sans poser localement quelques problèmes, d’autant que la multiculturalité qui caractérise la Guyane donne lieu à la coexistence de modes de relations avec l’environnement divers, ce qui interdit toute interprétation univoque des souhaits des populations locales en matière de gestion des territoires . Dans un tel contexte, associer des recherches ethnologiques à la conception de projets liés à la biodiversité présente un intérêt évident. Cet article décrit un exemple de collaboration autour d’un milieu relativement méconnu et qui ne fait, pour le moment, l’objet d’aucune protection particulière : les savanes de Guyane.

Les savanes sont une des composantes de la mosaïque paysagère du littoral guyanais. Ces espaces ouverts et traversés, pour la plupart, par la nationale ont été façonnés au cours du temps par l’environnement et les hommes qui les ont habités.

Savanes de Guyane

Laisser un commentaire